Burkina-Faso : Le colonel Sita Sangaré déclare que les terroristes n’auront pas une portion de terre au Burkina.

Burkina-Faso : Le colonel Sita Sangaré déclare que les terroristes n’auront pas une portion de terre au Burkina.

Le président de la fédération burkinabè de football, le colonel Sita Sangaré  refuse que l’on dise que le Burkina Faso a échoué dans sa lutte contre le terrorisme au regard de la situation sécuritaire du pays et du nombre de victime enregistré depuis le début de la crise.

 

« Le Burkina n’a jamais été défait », a vigoureusement clamé le colonel Sita Sangaré, président de la Fédération burkinabè de football et directeur du tribunal militaire. Il ne veut plus que ce mot soit utilisé lorsque des militaires burkinabè perdent la vie sur le terrain du combat. « Aucun terroriste ne va occuper un centimètre carré de notre territoire. Il ne faut pas faire le jeu des terroristes. Partout dans le monde, ils sont présents de façon isolée. Ils ne peuvent jamais occuper durablement une partie de notre territoire. Ils ne le feront jamais. Nous n’allons jamais le permettre », a encore asséné Sita Sangaré pour montrer la détermination des forces de défense et de sécurité burkinabè à venir à bout ces assaillants.

« Ils sont là, ils peuvent tuer. Vous savez les mines, on les appelle, « l’arme des pauvres ». C’est très lâche », s’indigne Sita Sangaré pour faire comprendre que si ces terroristes avaient du cran, ils devraient plutôt affronter à la régulière.

Il pense également que, si les terroristes arrivent à tuer, c’est parce qu’ils sont en complicité avec certaines populations : « On vient, on pose une mine quelque part et souvent, c’est avec la complicité des populations. Voilà pourquoi on dit que pour vaincre le terrorisme, il faut une collaboration sans hésitation  de l’ensemble des populations. Vous voyez des gens aux comportements suspects, dénoncez aux forces de l’ordre ».

Il aurait mentionné  la difficulté de réagir rapidement aux attaques par l’usage de moyens déloyaux  que les terroristes utilisent dans la guerre  au Burkina Faso. « Ils n’ont pas de tenues conventionnelles. Et vous ne les voyez pas. Si vous voyez quelqu’un qui est bizarre, il faut le dénoncer. Les forces de l’ordre vont réagir. On ne peut pas s’attaquer à un ennemi invisible comme ça. Malgré tout, les forces de l’ordre sont en train de se réadapter, de s’adapter à cette guerre injuste et lâche qui nous est imposée », lâche encore Sita Sangaré.

Pour finir , le colonel  aurait pri le soin de donner un peu conseil à toute la population burkinabè et ille dit en ces termes : « Ne faites pas le jeu des terroristes en disant que nous sommes défaits. Ils ont tué quelques personnes. Même aux Etats-Unis, on tue des gens. Cela ne veut pas dire qu’on est défait. La défaite, c’est un mot très fort. Il ne faut plus utiliser ça. Nous sommes lâchement agressés mais nous ne cédons jamais ».

Plus de 400 personnes suspectes seraient  actuellement détenues par les forces de défense burkinabè.

Facebook Comments

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.