Le roi de eSwatini n’a pas menacé de prison ses sujets qui ne sont pas polygames

Le gouvernement de eSwatini (ex Swaziland) a démenti fermement l’information selon laquelle à partir de juin les sujets du roi Mswati III devraient prendre une deuxième épouse sous peine d’être emprisonnés.

L’histoire a été relayée par plusieurs publications en ligne. Publiée pour la première fois lundi par The Zambian Observer qui a depuis supprimé l’article de son site web -, cette soi-disant nouvelle affirmait que le gouvernement allait subventionner les cérémonies de mariage et offrir des maisons aux hommes voulant contracter des mariages polygames.

Il est dit que le roi  marié à 14 femmes avec qui il a eu 25 enfants  « a déclaré… qu’au Swaziland à compter de juin 2019, les hommes seront tenus d’épouser au moins deux femmes au risque d’être emprisonnés s’ils ne le font pas ».

Emission Digitale Actu 4

Emission Digitale Actu 4 Présentation Tahirou BATIONO dit Garnett - CHAN 2020: les étalons “déshabillés” à leur retour, les internautes indignés Polémique autour du monument des architectes

Publiée par Wakatt Communication sur Samedi 6 février 2021

Cette soi-disant nouvelle a été reprise par des sites web francophones qui l’ont ensuite publiée sur leur compte Facebook qui compte plus d’un million d’abonnés chacun. Dans un communiqué publié le 13 mai, le porte-parole du gouvernement, Percy Simelane, a qualifié l’histoire de « malveillante » et « toxique ». « Sa Majesté n’a fait aucune déclaration à ce sujet car cela n’a jamais été une question soulevée » par la population, a déclaré M. Simelane.

Cette fausse information est, selon lui,  « non seulement une insulte à la monarchie et à la culture d’eSwatini mais une honte pour le journalisme ».

Le gouvernement a exigé que The Zambian Observer retire son article. Mercredi, l’article avait été remplacé sur le site Web de The Zambian Observer par un bref article citant le démenti du gouvernement. Le royaume d’eSwatini compte parmi les 25 pays africains ayant autorisé la polygamie.

Source: AFP

Facebook Comments

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.